Mot de passe oublié ?


LES PROPOSITIONS

DÉFINITION : Une proposition est un constituant de la phrase, formé d'un ensemble de mots organisés autour d'un verbe conjugué. Il y a donc autant de propositions que de verbes conjugués dans une phrase. On trouve essentiellement deux cas de figure.


CAS N°1 : LES PROPOSITIONS SONT INDÉPENDANTES

Comme leur nom l'indique, les propositions indépendantes n'ont besoin d'aucune autre proposition pour exister, elles font sens toutes seules, se suffisent à elles-mêmes.

• Dans le cas d'une phrase simple, la proposition est forcément indépendante puisqu'il n'y en a qu'une :

Exemple : Je vais chercher du pain. (un verbe conjugué = une seule proposition → de ce fait, elle ne dépend d'aucune autre, il s'agit donc bien d'une proposition indépendante).

• Dans le cas d'une phrase complexe, plusieurs propositions indépendantes peuvent être reliées l'une à l'autre :
→ par un signe de ponctuation faible (virgule, point-virgule, deux points) : on dit alors qu'elles sont JUXTAPOSÉES.

Exemple : J'ai vu Bastien l'autre jour : il faisait ses courses avec ses parents. (Les deux propositions sont reliées par un signe de ponctuation faible : les deux points. Pour autant, les deux informations pourraient être énoncées seules : il s'agit donc bien de deux propositions indépendantes).

→ par une conjonction de coordination (MAIS OU ET DONC OR NI CAR) : on dit alors qu'elles sont COORDONNÉES.

Exemple : Il n'était pas chez lui car il avait un match de foot. (Les deux propositions sont reliées par une conjonction de coordination : CAR. Pour autant, les deux informations pourraient être énoncées seules : il s'agit donc bien de deux propositions indépendantes).


CAS N°2 : PROPOSITION PRINCIPALE ET PROPOSITIONS SUBORDONNÉES.

Dans ce cas, les propositions sont dans un rapport de hiérarchie : une proposition est dominante (la PRINCIPALE), et les autres sont dépendantes d'elles (les SUBORDONNÉES). On distingue deux types de subordonnées :

• LA SUBORDONNÉE CONJONCTIVE

Elle se raccroche au verbe de la principale au moyen d'un petit mot que l'on appelle conjonction de subordination (que, quand, alors que, lorsque, dès que, comme, si...)

Exemples : J'espère qu'il viendra.
J'ignore quand il arrivera.


• LA SUBORDONNÉE RELATIVE

Elle se raccroche à un nom de la proposition principale grâce à un pronom relatif (qui, que, quoi, dont où, lequel, auquel, duquel...etc).

Exemples : Je connais ce garçon dont la mère est partie en voyage.
L'homme qui me regarde a une moustache.




Mentions légales