Mot de passe oublié ?


LA VERSIFICATION

La versification est l'ensemble des règles et techniques employées pour écrire de la poésie en vers.


Le vers


Un vers, en poésie, est une ligne, correspondant à un nombre défini de syllabes qu'on appelle aussi pieds. Il commence par une majuscule.
Chaque vers a un nom différent selon le nombre de syllabes/pieds qu'il comporte. Dans la poésie traditionnelle, les vers sont pairs. Les plus courants sont ceux qui apparaissent en gras ci-dessous.

4 syllabes : Tétrasyllabe
5 syllabes : Pentasyllabe
6 syllabes : Hexasyllabe
7 syllabes : Heptasyllabe
8 syllabes : Octosyllabe
9 syllabes : Ennéasyllabe
10 syllabes : Décasyllabe
11 syllabes : Hendécasyllabe
12 : Alexandrin


La strophe


Généralement, les vers sont organisés en strophes, l'équivalent des paragraphes en poésie.
Chaque strophe a également un nom différent selon le nombre de vers qu'elle comporte.

1 vers : Monostiche
2 vers : Distique
3 vers : Tercet
4 vers : Quatrain
5 vers : Quintil
6 vers : Sizain
7 vers : Septain
8 vers : Huitain
9 vers : Neuvain
10 vers : Dizain
...etc


Les rimes


Les rimes sont des répétitions de sons à la fin des vers. Il en existe plusieurs sortes.

Elles peuvent être féminines (si elles se finissent par un « e » muet) ou masculines (dans les autres cas).

Elles peuvent être pauvres si elles n'ont qu'un son en commun.
Exemple : Hérissé/Planté (le son « é »)

Suffisantes si elles ont deux sons communs.
Exemple : Dehors/Or (le son « o » et le son « r »)

Riches si elles ont au moins trois sons communs.
Exemple : Evidence/Danse (son « d », son « en/an », son « s »)


Les sonorités internes


Lorsqu'une consonne revient beaucoup dans un vers, on parle d'allitération.
Exemple : « Mais qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes ? » (allitération en S). (Andromaque de Racine)

Lorsque c'est un son vocalique (voyelle) qui se répète, on parle d'assonance.
Exemple : « Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant » (son AN) (« Mon rêve familier » de Verlaine)


Règles de lecture de la poésie


La poésie a une rythmique, comme la musique. Il est donc important de connaître certaines règles de lecture quand le poème est en vers :

1- On prononce les « e » habituellement muets quand ils sont placés avant une consonne.
Exemple : « Et l'unique cordeau des trompettes marines » (« Chantre » d'Apollinaire)

2- On ne prononce pas les « e » en fin de vers

3- Dans certains cas, les mots en « ion » et en « ien » doivent se prononcer en deux syllabes distinctes « i-on » ou « i-en » : on appelle cela une diérèse.
Exemple : « Elle a / L'inflexion des voix chères qui se sont tues ».




Mentions légales